Définition et intérêt

Définition et intérêt du test de perméabilité à l’air

 

Un test d’infiltrométrie (en Anglais: Blower-door test) est un test qui permet de

BD-Standard-dt_web_07mesurer l’infiltration d’air, c’est-à-dire la quantité d’air rentrant dans un bâtiment, souvent de manière accidentelle, et de situer les éventuelles fuites d’air. Grâce à ce test, on peut connaître la quantité d’air qui entre dans l’habitat en dehors des systèmes de ventilation et connaître les endroits à colmater ceci afin de supprimer au maximum les infiltrations d’air parasites. Pour effectuer le test, on utilise un équipement de test appelé porte soufflante, que l’on place généralement dans l’encadrement de la porte d’entrée du bâtiment. Cet appareil est équipé d’un ventilateur et le plus souvent d’une toile de nylon permettant d’étanchéifier la porte d’entrée en ne laissant passer l’air qu’au travers du ventilateur. Ce dernier est relié à un manomètre et peut être piloté manuellement ou automatiquement par ordinateur.

Une enveloppe étanche du bâtiment pour une maîtrise des coûts énergétiques et un meilleur confort :

La perméabilité à l’air des constructions standard en France engendre une augmentation des besoins de chauffage de 5 à 20 kWh/m²/an par rapport à une étanchéité très soignée, ce qui est clairement incompatible avec l’objectif de la RT 2012 de limiter les consommations d’énergie à 50 kWh-ep/m²/an. Qu’il s’agisse de la construction de bâtiments neufs ou de la rénovation d’anciens bâtiments, l’enveloppe étanche est une condition primordiale pour la réalisation de concepts énergétiques modernes. Les mesures énergétiques, comme par exemple l’installation de systèmes modernes de chauffage, de ventilation mécanique contrôlée (avec ou sans récupérateur de chaleur) ou de fenêtres hautes performances ne sont totalement efficaces que lorsque l’on élimine les fuites dans l’enveloppe du bâtiment. Une bonne étanchéité à l’air est donc essentielle pour que les systèmes de ventilation fonctionnent correctement en assurant une bonne qualité de l’air, pour une conservation saine du bâti, un bon confort acoustique et thermique, et pour éviter le gaspillage d’énergie tout en respectant les exigences des réglementations thermiques en vigueur. Pourtant, l’étanchéité à l’air est trop souvent négligée en France. Lors d’une réhabilitation de bâtiment ancien, on peut également obtenir un niveau « basse énergie » voire « maison passive », en prévoyant une enveloppe peu perméable à l’air.

Les commentaires sont fermés.